La scène chinoise ne cesse de surprendre et de se développer. Une mutation rapide, qui propose aujourd’hui une scène compétitive proche des standards européens et coréens. La prochaine rencontre de l’Asie, ou Eastern brawl, se déroulera à Taïwan du 11 au 13 août prochain. Or, la situation diplomatique est toujours aussi tendue entre les deux frères ennemis.

LA CHINE PRÊTE A MONTRER LES DENTS

Autrefois, le top 8 chinois ressemblait plus à un top 4. Quatre équipes qui dominaient sans partage le classement, avec les restes laissés au nouveau venu d’Open division. Aujourd’hui, le niveau a clairement progressé avec un top 6 solide qui propose des rencontres très animées. Le dernier mercato a d’ailleurs préfiguré le futur top 3 chinois, qui selon moi, verra s’affronter CE, eStar et SPT. CE n’aura subi qu’un léger changement avec le départ de Canjian au profit de Kty (qui a quitté Hots Lady). eStar, de son côté a vu un changement complet de son roster. Anciennement connu pour leur phase de groupe, qui se rapprochait d’un Fnatic, Estar va devoir conforter sa place. Le nouveau roster, plein d’espoir et d’ambition, reçoit ainsi le soutien de CNNo1. Un joueur qui est, selon ses pairs, un des meilleur support au monde. Super Perfect Team, n’aura subi aucun changement majeur. Déjà sur les rails, l’équipe tend bien asseoir son autorité et pourquoi pas créer la surprise en accrochant un top 3. Et le grand Misaka est toujours de la partie !

À l’heure actuelle, le top 3 chinois est d’ailleurs composé, dans l’ordre, par CE, eStar Gaming et SPT. Chaque équipe arbore un 2-0. SOA (Start Over Again) fait office de tampon avec le reste du groupe avec un 1-1. Lanterne rouge du classement avec 0-3, WKG risque fortement d’être reléguée en saison prochaine.

Les MVP Black lors du dernier eastern Brawl.

RENDEZ-VOUS À TAIWAN

Le précédent Eastern Brawl s’était déroulé à Shanghai. Bien évidemment aucun problème pour nos amis chinois pour s’y rendre. La compétition avait malheureusement été rude pour les équipes chinoises, qui avaient subi l’hégémonie coréenne. Tant et si bien qu’aucune équipe chinoise n’avait pu décrocher une place pour la suite de la compétition. Aujourd’hui bien mieux préparées, les équipes chinoises ont très faim, mais vont faire face à la difficulté de se rendre à Taïwan. La situation est toujours aussi compliquée entre les deux pays, et bon nombre de joueurs ou d’équipes doivent déjà se battre pour l’obtention des visas !

Ah Taipei, sa grande tour, ses étudiants…

LE POINT SUR LA SITUATION

Méconnue, la situation entre les deux pays est bloquée depuis la fin de la seconde guerre mondiale en 1945. Anciennement occupée par l’armée japonaise, l’île de Taïwan, voit arriver dès 1945 les troupes du Parti nationaliste chinois (le Kuomintang) mené par le sanguinaire Tchang Kaï-chek. Débouté par Mao Zedong et le Parti communiste Chinois, Tchang Kaï-chek se replie à Taïwan suivi par près de deux millions de chinois, qui fuient le nouveau régime communiste. Officiellement, Taïwan se nomme ainsi, la République de Chine, face à la République démocratique de Chine (Chine actuelle). Les deux pays revendiquent ainsi le territoire de l’autre depuis plus de 50 ans.

Vous l’aurez compris, la situation diplomatique est extrêmement tendue entre les deux pays. La république de Chine se réclame comme étant le seul gouvernement légitime de la Chine, ce qui, bien évidemment ne plaît pas à cette dernière et vice versa. D’autres territoires sont également revendiqués (Tibet du Sud, est du Bhoutan, îles Heixiazi russes…) par Taïwan, qui ne le sont pas par la Chine.

Il paraît ainsi difficile pour des joueurs Chinois de se rendre à Taïwan en toute quiétude.

Le souci incombe aussi, à un niveau plus large, au manque d’encadrement des joueurs professionnels par les différents gouvernements. Le statut de joueurs pros n’est pas encore parfaitement défini et ne permet pas encore une liberté de mouvement totale. Une différence notable avec les athlètes « classiques » qui ne subissent pas (hors cas particulier) ce genre de restriction.

Affaire à suivre donc, mais je ne manquerais pas de revenir sur ce point dès que la lumière aura été faite.